logo_fleurance_nature.pngTourisme vert, écotourisme, tourisme durable, tourisme responsable ou  éthique… autant de mots qui désignent une alternative au tourisme traditionnel. Vous aimez voyager en respectant le pays qui vous accueille, il existe aujourd’hui plusieurs façons d’effectuer un voyage respectueux de l’environnement et de la population locale.

 

Vers un tourisme soucieux de l’homme et de son environnement

Depuis les années 1950, le tourisme a connu un essor considérable et s’est transformé en activité de masse. C’est aujourd’hui l’activité la plus dynamique au monde avec une croissance exceptionnelle de 7,4 % en 2000. En 2007, pas moins de 898 millions de visiteurs parcouraient le monde. Des flux touristiques impressionnants qui soulèvent de nombreuses questions en matière de développement durable, d’écologie, d’équité et de responsabilité des voyageurs. Aujourd’hui, de nombreuses agences de voyages se dirigent vers une nouvelle forme de tourisme plus éthique. Toutefois, attention à ne pas tomber dans le piège des agences qui utilisent ces valeurs sans les appliquer pour attirer de nouveaux clients. Pour faire la part des choses, il existe de nombreux labels garants du respect de ces valeurs. Des associations comme « Agir pour un tourisme responsable » (ATR) et « European Alliance for Responsible Tourism and Hospitality » (EARTH), pourront également vous guider si vous souhaitez vous diriger vers un tourisme plus responsable.

Voyager autrement pour un séjour responsable et enrichissant

Le concept de « tourisme durable » permet de repenser le tourisme traditionnel. Ainsi, en plus de réduire l’impact écologique de l’homme, voyager durablement c’est aussi l’idée de profiter pleinement d’un voyage en choisissant de partir moins souvent mais sur de plus longues durées. Avec le « boom » des compagnies aériennes « low-cost », beaucoup de personnes partent régulièrement à l’étranger pour seulement quelques jours. Ces voyages de courte durée ont un impact écologique fort et ne permettent pas de s’imprégner réellement du lieu de voyage et de sa culture. Le tourisme durable, parfois appelé « tourisme lent », est une autre façon de profiter. Le voyage n’est plus un simple produit de consommation et devient une expérience enrichissante dont le visiteur se souviendra. Voyager durablement, c’est aussi prendre conscience du temps qui passe en favorisant des moyens de transports sans doute plus long, mais aussi moins polluants. La durée du trajet est aussi une façon de prendre conscience de la distance entre le lieu de départ et l’arrivée.

Quel voyage pour quelles valeurs ?

Que vous soyez un peu, beaucoup ou passionnément écolo, partisan des valeurs du commerce équitable, amateur de la « slow life », ou simplement baroudeur en quête d’une nouvelle expérience, il existe plusieurs types de voyages en fonction des valeurs que vous souhaitez voir appliquer. Le tourisme durable, aussi appelé tourisme responsable, est une appellation générale qui englobe à la fois l’écotourisme, le tourisme équitable et solidaire, l’éco volontariat. C’est une forme de tourisme qui respecte à la fois les habitants locaux, leurs coutumes et leur environnement en contribuant aux enjeux du XXIème siècle que sont la lutte contre les changements climatiques, la protection de la biodiversité et des milieux protégés, ainsi que la lutte contre les iniquités notamment entre les pays dits du « Nord » et ceux dits du « Sud ». Cette forme de tourisme s’applique à toutes les branches de l’industrie du tourisme (balnéaire, montagne, rural, luxe, etc.).

Un peu plus spécialisé, l’écotourisme ou tourisme vert est un voyage en pleine nature qui contribue à la protection de l’environnement et au bien-être des populations locales. Contrairement au tourisme durable, l’écotourisme ne concerne pas les hôtels de ville par exemple.

Autre forme de tourisme responsable, le tourisme équitable et solidaire concerne surtout les rapports entre Nord-Sud. Le but de ce tourisme est d’impliquer les populations locales et de leur permettre de tirer d’avantage de bénéfices socio-économiques du tourisme dans le but d’améliorer leurs conditions de vie. L’idée de rencontre et de partage est au cœur du tourisme solidaire. Le respect des personnes et de la culture de l’accueillant sont essentiels.   Dans le tourisme traditionnel, nombreux sont les hôtels situés dans les pays en développement qui appartiennent à des compagnies occidentales. Cela explique pourquoi ces pays ne reçoivent en moyenne que 10 à 20 % des recettes des activités touristiques. Opter pour un tourisme solidaire, c’est refuser cette forme de colonialisme moderne et accepter que le tourisme profite au pays d’accueil.
Pour aller plus loin et transformer son séjour en engagement humain, il existe également ce qu’on appelle « l’éco volontariat ». Ces missions bénévoles ont pour but de soutenir des actions de recherche et de protection de l’environnement. Directement sur le terrain et accompagné par des professionnels (botanistes, océanologues, etc.), le visiteur aura l’occasion de vivre une expérience forte tout en contribuant directement à la protection de l’environnement.

L’aviation verte, l’avenir du tourisme durable ?!

Pour la deuxième édition du salon de l’aviation verte, le musée de l’air et de l’espace, situé sur l’aéroport de Paris Le Bourget, vous ouvre ses portes du 18 au 20 juin 2010. L’occasion de s’intéresser à l’avenir de ce qui est aujourd’hui le talon d’Achille du tourisme durable : le transport en avion. Ce salon verra naître le premier meeting aérien écologique. Une exposition sera consacrée aux innovations technologiques propres dans le domaine de l’aéronautique. Le concept de développement durable appliqué aux aéroports vous sera également présenté. Plusieurs conférences seront données pour les ingénieurs, chercheurs et étudiants. Vous pourrez voir les premiers avions solaires et participer à des ateliers pédagogiques destinés au grand public. http://www.museeairespace.fr/aviation-verte/

Prêt pour un décollage durable ? A vous de juger !

Noter cet article