200 millions de neurones connectés tapissent notre ventre. Ces neurones règnent sur une colonie de cent mille milliards de bactéries, qui influenceraient notre personnalité et nos émotions. « Il manque de tripes », « la peur au ventre », « des papillons dans l’estomac »… Autant d’expressions qui témoignent du rôle central accordé à notre ventre. S’agit-il de vérités ou de […]Lire la suite...