C’est avec joie et plaisir que 1200 personnes sont venues le 8 mai honorer la fête des plantes et de l’environnement organisée aux Jardins de Coursiana à la Romieu.

Fête des plantes

Fête des plantes

En tant que partenaire de ce bel évènement, nous avons comme chaque année tenu un stand pour faire découvrir aux visiteurs nos compléments alimentaires et cosmétiques bio, dans ce cadre exceptionnel des Jardins de Coursiana.

stand fete des plantes

A 10 h 30 et 15 heures, Jean-Charles Schnebelen, docteur en pharmacie et  membre du Comité Scientifique de Fleurance Nature  animait une conférence sur les plantes et leurs bienfaits et plus particulièrement sur les Plantes du Tonus.

Jean-Charles Schnebelen aime comparer notre organisme à un moteur de voiture « il peut nous arriver de ne pas réussir à démarrer : à force de tirer dessus, la batterie s’est déchargée et on se sent fatigué »
Lors de cette conférence, Jean-Charles Schnebelen a pu exposer sa vision des fondamentaux pour éviter la « panne » :

1/ L’importance de l’alimentation et notamment l’alimentation bio :

« On sait aussi aujourd’hui que la nature de notre alimentation conditionne comportement et « caractère ». La qualité bio des produits en renforcent la densité nutritionnelle ET la teneur en antioxydants (tout en allégeant la tâche de détoxication liée aux traitements subis par certains aliments). »

2/ Les plantes classiques du tonus, une solution complémentaire de remise en forme :

« – celles qui contiennent des vitamines (B, B6, C, E), des minéraux (Magnésium, Fer, Potassium, Silicium) et acides aminés (plus exactement polypeptides pour la spiruline): acérola, goji, spiruline…
– celles qui sont « toniques », plantes à caféine, stimulant nerveux : thé, maté, café, guarana, kola, cacao (qui contiennent, en outre, des nutriments complémentaires qui améliorent respiration et élimination : théophylline et théobromine)
– les « autres » : ginseng, éleuthérocoque, rhodiole, noni par exemple, dont les propriétés adaptogènes peuvent éviter ou limiter le stress et ses effets sur l’organisme, également ceux qui peuvent avoir une action ciblée sur des fonctions plus précises : sur le cerveau : gingko, le système immunitaire ou la libido (action tonique ou hormonale) : ginseng, maca, sarriette… »

3/ Penser Détox :

« Pour reprendre l’image du moteur, si on a du mal à démarrer, il faut penser aux plantes détoxifiantes… « dépuratives » qui épurent, nettoient, détoxiquent : ail, artichaut, radis noir, desmodium.
Leur activité spécifique favorise le « décrassage » du moteur cellulaire et l’utilisation de son énergie à des fins utiles.
Les plantes alimentaires contenant du soufre (chou, oignon, radis noir, raifort, cresson, roquette…) permettent de solubiliser et ainsi mieux éliminer, un grand nombre de déchets ou substances indésirables. »

4/ Le Magnésium et les trésors de la ruche :

« Il faut faire une place particulière au Magnésium, indispensable à une bonne énergie cellulaire, associé à son précieux acolyte, la vitamine B6.
On pensera aussi à ces trésors d’origine végétale que nous offre l’abeille : la gelée royale, riche complexe naturel, les pollens, et la propolis que l’on peut mélanger au miel. »

5/ Ne pas négliger la flore intestinale :

« Notre flore intestinale est la responsable permanente d’une quantité inimaginable de fonctions vitales et de l’absorption des nutriments issus de la digestion
Notre flore a besoin, pour s’entretenir et se développer, des prébotiques*, sortes de sucres végétaux (fibres solubles) que l’on retrouve dans grand nombre de légumes comme oignon, petit pois, chicorée, artichaut, poireau, courgette et tant d’autres…
On constate, là encore, le rôle fondamental de l’alimentation. (FAO et OMS 2001)
* ‘‘un prébiotique est un composant alimentaire non viable qui apporte des bénéfices pour la santé de l’hôte avec la modulation du microbiote.’’
Pour stimuler régulièrement sa flore intestinale on peut apporter dans son alimentation des probiotiques, (yaourts, ferments lactiques) qui, consommés en quantités adéquates, produisent un effet bénéfique.
Loin d’être des contraintes, ces complémentations sont l’assurance d’avoir, logiquement et sans à-coup, la forme nécessaire car, ne l’oubliez pas, notre alimentation, si soignée soit-elle, est aujourd’hui incapable, du fait de sa densité nutritionnelle affaiblie, de subvenir à la totalité de nos besoins en nutriments. La complémentation est nécessaire et notre flore intestinale, participant activement à la récupération des nutriments, à l’activation énergétique et immunitaire, ne doit pas être oubliée : elle assure un nombre considérable de fonctions. »

Retour sur la 6ème édition de la fête des plantes
1 vote