logo_fleurance_nature.pngVous le savez déjà : l’air que nous respirons est loin d’être sain… Mais en terme de pollution les chiffres s’affolent littéralement à l’intérieur de nos habitations, avec des concentrations parfois supérieures de 50% aux mesures faites en extérieur ! Fleurance Nature revient pour vous sur un problème qui nous touche tous, et avance des solutions pour que chacun puisse réagir et balayer à sa porte…


Plus insidieuse que la pollution atmosphérique extérieure si décriée, l’ennemi se trouverait dans nos murs ! Acariens, bactéries, allergènes, benzène, monoxyde de carbone… L’air que nous respirons 14 heures par jour (voire plus) à notre domicile est un véritable bouillon de culture. Que les polluants viennent de l’extérieur (gaz d’échappement automobiles, industrie) et se retrouvent à stagner dans un espace confiné, ou qu’ils émanent directement de nos intérieurs  (mobilier, décoration, peintures, moquettes, parfum d’intérieur, chaudières, ordinateurs, fenêtres PVC…) le combat reste le même ! Les conséquences sur notre santé ? Développement des allergies, trouble des fonctions respiratoires, risques cardio-vasculaires…

Isolation contre ventilation !
La crise de l’énergie est passée par là, poussant les professionnels du bâtiment à renforcer l’isolation dans nos maisons au détriment de la ventilation. Des matériaux nouveaux sont apparus sur le marché. La conjonction de ces deux phénomènes participe à la dégradation de la qualité de l’air de nos intérieurs qui semblent plus pollués aujourd’hui qu’hier.
L’absence de chiffres anciens n’aide pourtant pas à se faire une idée précise de cette évolution. L’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur a réalisé un inventaire des données françaises relatives à la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments, apportant des chiffres précis et des points de comparaison pour le futur (www.air-interieur.org).

Agir
Les solutions existent, elles sont simples mais encore faut-il les appliquer pour éviter le confinement et l’accumulation des polluants.
• Pour assainir l’air, il existe aussi une recette de grand-mère : dans une casserole d’eau, mettre des feuilles aromatiques, un demi citron et des feuilles de menthe. Chauffer à feu doux et laisser la vapeur envahir l’intérieur pour humidifier l’atmosphère et le « purifier ».

• Plus sérieusement, pensez aux plantes d’intérieur qui participent naturellement au renouvellement de l’air et à l’absorption du dioxyde de carbone (particulièrement les azalées, chrysanthème et autres ficus).

• Mais la meilleure recette est sans aucun doute la plus simple : AÉRER ! Même 5 minutes par jour suffisent à renouveler entièrement l’air d’une pièce. Vérifiez également que les entrées d’air ne sont pas obstruées et ventilez aussi régulièrement lorsque vous bricolez, cuisinez ou lorsque vous passez l’aspirateur.


La leçon à tirer ?
Aujourd’hui, respirer un air pur est devenu un luxe alors que ce devrait être un droit vital ! Les émissions de polluants ne font que se multiplier : il est donc plus que jamais nécessaire d’adopter un comportement responsable en essayant quand on le peut de polluer le moins possible. Car on le voit, si nous sommes les victimes de la pollution, nous en sommes aussi les principaux émetteurs.

Pour en savoir plus :
– Observatoire pour la qualité de l’air intérieur
4, avenue du recteur Poincaré
75782 Paris Cedex 16
www.air-interieur.org

– Plantes dépolluantes
Un site qui vous conseille les plantes à installer dans chacune des pièces de la maison, en fonction des polluants qui y sont présents et de leur capacité d’absorption des substances.
www.plantes-depolluantes.com

Noter cet article