Du 20 au 30 mars s’est déroulée la 6ème édition de la semaine sans pesticides. Un événement initié par l’ACAP (Action Citoyenne pour les Alternatives aux Pesticides), réseau de 170 organisations créé par l’association Générations Futures.

La semaine des alternatives aux pesticides a lieu en France mais aussi dans de nombreux pays européens (Belgique, Hongrie, Macédoine, Arménie, Allemagne, Espagne) et africains (Tunisie, Mali, Togo). L’occasion pour l’équipe Fleurance Nature, de vous sensibiliser aux pesticides pouvant se trouver dans nos assiettes et de vous donner quelques conseils pour une alimentation santé !



Chaque année, la semaine sans pesticides tente de nous informer sur les pesticides utilisés dans l’agriculture et sur les risques qu’ils peuvent comporter. La France répand chaque année 75 000 tonnes de pesticides sur ses terres, ce qui la placerait au 1er rang des utilisateurs de l’Union Européenne ou au 4ème rang, selon les sources, si on rapporte ces quantités à la surface cultivée (la France étant un grand pays agricole). Une chose est sûre, ces 75 000 tonnes représentent 1/3 de la consommation Européenne de produits phytosanitaires !

Quels sont les aliments contenant des pesticides ?

Étant donné que presque tous les types de culture utilisent des produits phytosanitaires, nous sommes susceptibles d’en absorber dans beaucoup de nos aliments quotidiens. Avant toute chose, il est nécessaire de préciser qu’en France, les teneurs des aliments en produits chimiques sont surveillées et contrôlées. Elles ne doivent pas dépasser un certain taux fixé par l’Etat pour que ces aliments puissent être consommés. Les aliments qui sont les plus exposés sont les fruits et légumes. Les céréales peuvent l’être également, mais dans une moindre mesure puisque les traitements chimiques sont effectués au moment des semis ou de la pousse, soit avant le développement du grain. L’eau du robinet est elle aussi, sujette à des contaminations aux pesticides, mais la réglementation française permet de limiter la teneur résiduelle des pesticides en fixant des seuils maximaux. L’eau potable qui coule de nos robinets est donc considérée comme sans danger. Les viandes, poissons et produits laitiers peuvent eux aussi contenir des substances chimiques, à condition que ces animaux aient ingéré des produits contenants eux-mêmes des pesticides. Les aliments les plus contaminés restent donc les fruits et légumes, et certains plus que d’autres !

Quels fruits et légumes consommer ?


Tout d’abord, il est bon de connaître les fruits et légumes contenant le plus de résidus de produits chimiques afin de les éviter au maximum ou de les acheter BIO.
Voici une liste non exhaustive mais cependant assez complète des fruits et légumes les plus contaminés : pêche, pomme, poivron, céleri, nectarine, fraise, cerise, chou frisé, laitue, raisin, carotte et poire. Au contraire, certains fruits et légumes absorbent moins les pesticides et sont à privilégier : oignon, avocat, maïs doux, ananas, mangue, asperge, petit pois, kiwi, chou, aubergine, papaye, pastèque, brocoli, tomate, patate douce. Ces différences de quantités de résidus viennent principalement de la nature du fruit ou du légume ayant une peau plus ou moins perméable.

Quel comportement adopter ?


Le geste qui permet d’éviter tout résidu de pesticides est d’acheter BIO
. En effet, l’agriculture biologique mise entre autre sur la rotation des cultures, l’engrais vert, le compostage, la lutte biologique, l’utilisation de produits naturels comme le purin d’ortie, et le sarclage mécanique pour maintenir la productivité des sols et le contrôle des maladies et des parasites. Elle garantit une alimentation avec beaucoup moins de traitements chimiques tout en préservant la qualité de nos terres. Parce qu’au contraire, l’utilisation abusive de traitements chimiques appauvrit la terre et implique d’utiliser toujours plus de produits pour optimiser les rendements.
Autre conseil : lorsque vous n’achetez pas de fruits et légumes BIO, il est indispensable de bien les rincer à l’eau à l’aide d’une brosse à légumes écologique. L’eau réduira la teneur en pesticides mais ne les éliminera pas totalement. Vous pouvez également les éplucher, ce qui permettra de réduire encore plus le nombre de pesticides présents, mais vous perdrez ainsi bon nombre de leurs vertus nutritionnelles comme les vitamines et les minéraux, principalement contenues dans la peau.

Zoom sur le BIO…


Le BIO évolue ! On en trouve de plus en plus et les prix sont désormais plus accessibles. Quelques chiffres du Baromètre 2010 de l’agence BIO : ¾ des Français considèrent que le BIO est une solution d’avenir face aux problèmes environnementaux, 4 Français sur 10 en moyenne consomment au moins un produit BIO par semaine et les producteurs de BIO ont augmenté de +50% depuis 2008 ! Le BIO a de beaux jours devant lui…

Sources :


http://www.semaine-sans-pesticides.com
http://www.consoglobe.com/
http://www.mdrgf.org/
http://www.encyclo-ecolo.com/Accueil

Noter cet article