Olive, colza, noix, avocat, soja… Aujourd’hui, les huiles végétales envahissent les rayons épiceries et sont de plus en plus variées. Mais quels sont les bienfaits de chaque huile ? Comment les utiliser ? Les connaissez-vous toutes ? Voici quelques informations clés et conseils pour vous aider à faire la différence entre chacune d’entre-elles et surtout bien les utiliser !



Mais tout d’abord, posons-nous une 1ère question ? Pourquoi les huiles sont-elles essentielles à notre alimentation ? Tout simplement parce que les lipides qu’elles contiennent nous apportent énergie au quotidien et transportent bon nombre de vitamines. De nombreuses huiles, issues de noix ou de plantes, sont bonnes pour la santé. Riches en acides gras essentiels et en énergie, elles participent au bon fonctionnement de notre organisme. Il est donc important d’en consommer régulièrement et de varier les huiles dans notre alimentation, pour bénéficier au maximum de leurs vertus.

Pour cela, vous pouvez choisir de les utiliser seules, ou mieux de les combiner. Pensez de temps en temps à les associer, notamment en salade, avec des mélanges tels que colza-germe de blé ou soja-noisette…
Car bien sûr, en cuisine il n’y a pas que l’huile d’olive, de tournesol ou de colza… ! D’autres huiles moins connues, regorgent elles aussi de vertus pour notre organisme, sans parler de leurs qualités gustatives ! En voici donc quelques-unes que vous n’avez peut-être encore jamais goûtées ?

L’huile de soja

Très pourvue en acides gras essentiels, notamment en acide linolénique, l’huile vierge de soja est aussi riche en lécithines. Cette huile, très fragile, ne s’emploie qu’à froid et ne doit pas être chauffée. Elle s’utilise donc exclusivement en assaisonnement. Son goût accentué rappelle celui de la fève de soja.

L’huile de noix

L’huile de noix est elle riche en Oméga 3, 6 et 9, essentiels à notre équilibre. Comme de nombreuses huiles, plus elle sera jeune, meilleure elle sera. Son goût raffiné fait d’elle une huile parfaite pour préparer les salades et se marie très bien avec pain et fromages.

L’huile d’avocat

L’avocat est naturellement un fruit très riche en huile, mais il contient principalement des acides gras mono insaturés qui sont bons pour la santé. Egalement riche en vitamine E, c’est la raison pour laquelle on l’utilise aussi en cosmétique. En cuisine, elle sera parfaite en assaisonnement sur un tartare de tomates ou un carpaccio de Saint-Jacques. Attention néanmoins,  l’huile d’avocat rancit facilement. Consommez-la rapidement de préférence et conservez-la au réfrigérateur.

L’huile de carthame

Parfois appelée « Huile de safran bâtard », c’est la plus riche en acide linoléique (Oméga 6) de toutes les huiles végétales. Elle aurait un rôle bénéfique sur la peau. Son parfum, très prononcé n’est pas sans rappeler l’odeur de noisette et sa couleur jaune or est splendide. Néanmoins, elle est à consommer avec modération, car nous consommons déjà beaucoup d’oméga 6 dans notre alimentation.
Sachez que l’huile de carthame ne résiste pas bien à la chaleur, elle est donc à réserver aux  assaisonnements. Mais sachez qu’elle fera merveille en mayonnaise ou sur un poisson.

L’huile de germe de blé

D’une très grande richesse nutritionnelle, l’huile de germe de blé regorge de vitamines (vitamine A,  D, K) et notamment de vitamines E (en moyenne 300-450mg/100g) ! Son coût élevé et son goût particulier font d’elle une huile souvent utilisée en mélange dans d’autres huiles vierges en assaisonnement. Comme l’huile de catharme, elle à consommer avec modération, car très riche en oméga 6. L’huile de germe de blé rancit elle aussi très rapidement, conservez-la bien à l’abri de l’air et de la lumière.

L’huile de sésame

L’huile de sésame est elle riche en lécithine. La consommation régulière de cette huile, très résistante à l’oxydation, ralentirait le vieillissement des cellules. Douce et ambrée, son goût riche de noisette grillée en fait une huile particulièrement adaptée à la cuisine orientale et aux currys. De plus, l’huile de sésame se conserve assez facilement grâce à la présence d’acides gras mono insaturés, et rancit de ce fait moins vite que l’huile d’olive, par exemple.

L’huile d’olive

L’huile d’olive est de loin l’huile préférée des français, c’est l’huile la plus utilisée au quotidien. Riche en antioxydants, en vitamines A, D, E et en acides gras monoinsaturés, il s’agit d’ailleurs d’un des piliers du régime crétois. Elle est considérée comme une huile neutre car elle apporte des acides gras mono-insaturés, neutres pour la santé.
Résistante à la chaleur, elle convient à toutes les préparations culinaires. Son goût bien spécifique, aussi bien à froid que chauffée, fait  tout le succès de la cuisine méditerranéenne. Sachez que même chaude, elle garde une grande partie de ses propriétés nutritionnelles, un vrai plus !

L’huile d’argan alimentaire

Avec l’huile de germe de blé, c’est l’une des huiles les plus riches en vitamine E. Son goût agréable et fruité, qui n’est pas sans rappeler celui de la noisette et de l’amande grillée en fait une véritable invitation au voyage. L’huile d’argan est parfaite dans les tajines et couscous. Quelques gouttes sur une salade suffisent également à parfumer délicieusement votre plat. Elle n’est pas à utiliser en fritures.

L’huile de colza

Elle possède tous les acides gras dans des proportions quasi idéales pour notre corps, ce qui fait d’elle une huile particulièrement saine pour notre organisme. Elle est la plus riche en oméga 3, juste derrière l’huile de lin. Son goût neutre lui permet de respecter la saveur des aliments qu’elle accompagne. Côté cuisine, elle est idéalement à utiliser en assaisonnements, car lorsqu’elle est chauffée, les oméga 3 dégagent une odeur désagréable et peuvent être dénaturés.

Vous l’avez compris, la plupart des huiles sont bonnes pour la santé. Le secret pour profiter de leurs bienfaits est de varier les plaisirs, surtout en assaisonnement.

Enfin, derniers conseils :

  • Conservez toujours vos huiles au frais, à l’abri de la lumière, dans leur bouteille d’origine ou un récipient étanche et fermé pour éviter les phénomènes d’oxydation et de rancissement,
  • Et pour vos cuissons, ne faites jamais fumer l’huile, quelle qu’elle soit.
Noter cet article