logo_fleurance_nature.pngÉgalement appelées crénothérapies, les cures thermales sont un ensemble de traitements à base d’eaux thermales et de leurs produits dérivés (gaz thermaux, vapeurs d’eau minérale, boues thermales). Si l’on parle à juste titre de « médecine thermale », c’est parce que ces cures ont pour objectif d’aider des patients atteints de pathologies très différentes en leur proposant une alternative ou un complément aux médicaments traditionnels. Se soigner par les eaux thermales, dans un cadre de vie agréable où le bien-être règne est très apprécié en France. A tel point qu’un véritable tourisme thermal s’y est développé. Alors vous aussi plongez dans un bain de plaisir et découvrez une autre façon de prendre votre santé en main !

Qu’est-ce qu’une cure thermale et comment se déroule-t-elle ?

Tout d’abord, sachez qu’il existe deux sortes de cures thermales : les cures thermales conventionnées et les cures thermales libres. La cure thermale conventionnée est prise en charge par les organismes sociaux pour une durée de 18 jours de soins. Elle doit être prescrite et suivie par un médecin. En revanche, la cure thermale libre n’est pas issue d’une prescription médicale préalable et n’est pas prise en charge. Elle relève d’un acte volontaire dans un but thérapeutique ou préventif et est nécessairement assurée par un médecin thermal.

Qui dit cures thermales dit évidemment source thermale. Ces eaux chaudes (35° à 50°) ont de nombreuses vertus thérapeutiques qui dépendent de leur composition chimique (elles sont par exemple riches en oligo-éléments) et à leur température qui a un effet relaxant. Ce qui caractérise également ces cures, c’est la rupture avec le cadre habituel. Loin du milieu hospitalier qui pour beaucoup est source de stress voir d’angoisse, la cure se déroule dans un milieu propice au repos et idéal pour prendre soin de sa santé. La journée est rythmée par la détente et le soin ce qui permet au patient d’aborder plus sereinement les difficultés quotidiennes de sa maladie.

Pour ce qui est de son déroulement, une cure thermale se compose généralement de quatre soins par jour pendant 18 jours. Le traitement thermal s’effectue grâce à des bains et douches thermales, que l’on appelle hydrothérapie externe, des inhalations, gargarismes, aérosols, et nébulisations qui font partie de l’hydrothérapie interne, et aussi la cure de boisson (ingestion d’eau minérale).  Ces soins peuvent être associés à l’application de boues thermales ainsi qu’à des massages et autres formes de kinésithérapie. En France, l’hydrothérapie interne/externe et la cure de boisson doivent obligatoirement être proposées par les stations thermales et adaptées en fonction de la maladie à traiter. A ces soins thermaux types s’ajoutent des soins spécifiques plus particuliers à certaines indications médicales.

Qui peut prétendre à ce type de séjour ?

Près de 500 000 personnes suivent chaque année une cure thermale. Et pour cause, nombreuses sont les pathologies traitées par des cures thermales : dermatoses, allergies, asthme, dysfonctionnements métaboliques, arthrose, rhumatismes, sciatiques… La médecine thermale est idéale pour les personnes souffrant de douleurs quotidiennes car elle atténue les douleurs du patient, diminue sa consommation de médicaments et améliore sa qualité de vie. Elle peut être prescrite pour des personnes souffrant par exemple de mal de dos. Souvent provoqué par le stress quotidien, le mal de dos peut être atténué par des séjours courts en cure thermale qui seront source de détente, de soulagement des douleurs dorsales et auront même un effet préventif.

Il existe aussi des cures thermales plus spécifiques. Ainsi, la cure thermale à visée dermatologique est destinée aux adultes et adolescents souffrant de maladies de peau tel que l’eczéma, le psoriasis, l’urticaire, etc. Elle est également destinée aux brûlés, même s’ils ne représentent que 10% de la population thermale dermatologique. De nombreuses pathologies peuvent donc êtres traitées par ces cures. Toutefois, il existe certaines contre-indications : patients atteints d’une maladie contagieuse, d’un cancer évolutif, d’une déficience immunitaire ou souffrant d’une dépression aggravée. En cas d’accident vasculaire cérébral récent, le patient devra attendre au moins six mois pour se rendre en cure thermale. Enfin, le séjour est contre-indiqué si la personne souffre de poussées d’atteintes articulaires aiguës.

Vous êtes intéressé par une cure thermale ? Comment choisir ?

En France, on compte plus de 12 000 sources d’eaux bienfaisantes dont les vertus thérapeutiques sont reconnues par l’Académie de Médecine. Ce qui fait de notre pays une destination très attractive en matière de tourisme thermal. Chaque station thermale a sa propre spécificité en plus des soins classiques qu’elle propose. A Eaux-Bonnes-Gourette ou Saint-Honoré-les-bains, il existe des cures spécifiques pour les affections respiratoires. Si vous souffrez de problèmes dermatologiques, des cures sont proposées à Rochefort-sur-Mer ou la Roche-Posay. Le stress et la dépression nerveuse se soignent à Jonzac, Barbotan-les-Thermes ou Saujon. Quant aux maladies cardio-artérielles, c’est à Royat-Chamaillères, Bourbon-l’Archambault ou le Boulou qu’elles sont traitées. Enfin, à Castéra-Verduzan, dans le Gers, il existe des cures pour soigner les affections des muqueuses bucco linguales et les affections digestives. La plupart des stations proposent également des séjours à thème. Des cures « anti-tabac » ou « ménopause » peuvent représenter une bonne alternative aux médicaments et améliorer votre qualité de vie.

Si vous souhaitez effectuer un séjour ou une cure thermale, n’hésitez pas à demander l’avis de votre médecin, il pourra vous indiquer quelle station est la plus apte à traiter votre maladie.

Noter cet article