C’est maintenant connu de tous, les Japonais font partie des populations du monde ayant la plus longue espérance de vie. Ils sont sur ce plan au coude à coude avec les Crétois et leur fameuse « diète méditerranéenne » à base de feta, de crudités et d’huile d’olive.
La principale raison de cette longévité réside effectivement dans leur alimentation !

Et oui, contrairement à nous, les Japonais mangent plus sainement et en récoltent les bénéfices. Depuis quelques années, les restaurants japonais servant sushis et autres makis poussent comme des champignons partout en France ! Certains grands chefs français se sont même mis à la page nipponne en intégrant certaines préparations à leur carte.

Tant mieux, puisque c’est si bon pour notre santé, aucune raison de s’en priver !
Alors, pourquoi est-ce si bon pour notre organisme ? Devons-nous adapter notre cuisine à celle du Japon ? Voici quelques éléments de réponses qui devraient vous convaincre de passer à la mode des sushis !

Tout d’abord, la cuisine japonaise est une cuisine saine parce que les ingrédients utilisés sont eux-mêmes sains. Qu’il s’agisse du riz, du poisson ou des légumineuses, la qualité et la fraîcheur priment. Fréquemment issus de l’agriculture biologique, les aliments sont consommés complets. Aussi, les apports en matières grasses sont limités au strict minimum et seules les graisses végétales (huile de colza ou de noix, riches en oméga 3) sont utilisées. Les ingrédients sont consommés peu salés, crus ou très peu cuits au grill ou à la vapeur, ce qui limite considérablement les graisses et leur assure de préserver au maximum leurs vitamines et qualités nutritionnelles.

Le premier ingrédient de base est le riz. Composé en grande partie d’amidon (sucres complexes), il apporte à l’organisme une énergie qui se diffuse progressivement. Il contient également des protéines d’origine végétale. Si vous consommez du riz complet c’est encore mieux car il apporte par ailleurs des fibres, des vitamines et des minéraux. Le riz est en plus assez peu calorique et sain.

Le second ingrédient est le poisson, très souvent cru, il garde ainsi toutes ses qualités nutritionnelles. Riches en acides gras polyinsaturés (oméga3), le saumon, le thon, le hareng sont utilisés pour de nombreuses préparations dont les sushis. Des poissons comme le saumon sont également réputés riches en Oméga 3.


Les algues sont également très utilisées dans la cuisine japonaise traditionnelle, et plus précisément l’algue Nori qui sert à envelopper les makis. Elle contient en outre 5 fois plus de calcium que le lait, 2 fois plus d’iode que les coquillages et sept fois plus de fer que les épinards !


Enfin, le wasabi, moutarde piquante, active la production de salive et favorise la digestion et on lui attribue également des vertus antibactériennes.

Les aromates tiennent eux aussi une place importante dans l’alimentation à la japonaise : la sauce au soja, le gingembre, le vinaigre de riz, les piments… Et ils ont tous leurs propres bienfaits !


Dernier élément indissociable de la culture japonaise, la consommation quotidienne de thé, puissant antioxydant pour notre corps.


Autant d’aliments qui au quotidien améliorent l’état de santé des japonais. Et il faut avouer qu’en plus, la nourriture japonaise a le mérite d’être rassasiante, ce qui signifie qu’elle fait disparaître la sensation de faim. Alors convaincus ?

Noter cet article