A partir des mois d’automne, les premiers symptômes se font ressentir : fatigue chronique, réveils difficiles, crises de boulimie, appétit anormalement grand… Attention, il s’agit des symptômes de la déprime hivernale voire même de la dépression saisonnière !


A ne pas prendre à la légère car il ne s’agit pas d’un simple manque de soleil et d’une petite baisse de moral, mais réellement d’une véritable dépression ! Sa véritable cause est encore inconnue mais les professionnels sont d’accord pour dire que la diminution de l’intensité et de la durée de la lumière solaire joue un rôle très important. Selon certaines sources très sérieuses, jusqu’à 10% des habitants des pays nordiques où le soleil pointe rarement son nez pendant les mois d’hiver souffriraient de dépression saisonnière.

La principale explication est donc vous l’aurez compris, le manque de lumière nécessaire à notre bien-être et au bon fonctionnement de notre organisme. Notre horloge biologique interne est déréglée par le manque de soleil !

Un des traitements médicaux reconnu pour venir à bout de la déprime saisonnière est la luminothérapie, c’est à dire une cure de lumière artificielle de couleur blanche dite « à large spectre ».  Il est clair que l’hiver, le soleil se couche très tôt le soir et laisse peu de temps aux personnes qui travaillent dans un bureau par exemple de voir la lumière du jour. Et il ne faut pas rêver, ce n’est pas l’éclairage classique de votre bureau qui vous apportera la différence. Saviez-vous que l’intensité lumineuse se mesurait en lux ? Alors, à titre de comparaison, la luminosité d’un bureau classique bien éclairé est de 300 à 500 lux alors que celle d’une journée nuageuse est de 2 000 lux. Voyez plutôt la différence !

Dans ce type de cure, on recommande même une exposition lumineuse de 10 000 lux pendant 30 minutes chaque jour dès le mois de septembre en diminuant progressivement l’exposition à l’arrivée du printemps !  Un bon moyen de rattraper le manque… La durée d’exposition dépendra de l’intensité de la lampe, mais dans tous les cas il est préférable de procéder à l’exposition le matin plutôt que le soir.

Dans les cas les plus graves, ces traitements peuvent être effectués en clinique et peuvent même être prescrits par le médecin traitant et remboursées par certaines mutuelles. Mais la plupart du temps, la luminothérapie peut être pratiquée à la maison. On trouve des lampes dans les magasins de luminaires, d’appareils électro-ménager ou en pharmacie. Au moment de l’achat il faut porter son attention sur l’intensité lumineuse (supérieure à 2 000 lux) et au fait que l’appareil n’émette aucun rayon UV nocifs pour la santé. Veillez aussi à ne pas choisir une lampe trop petite sinon vous devez l’approcher au maximum de votre visage. Une large lampe puissante permet ainsi d’être éloigné de cette dernière et donc de continuer ses activités comme prendre son petit déjeuner ou travailler assis à son bureau. Alors, un petit conseil, rechargez-vous de lumière pour passer l’hiver en pleine forme !

Noter cet article