® François Goudier – Terre d’Oc
karitéQu’est-ce que le karité ? Réputé sacré,  cet arbre de la savane surnommé « arbre à rajeunir », est considéré si majestueux et précieux que seules les femmes peuvent le toucher et cueillir ses fruits.
L’arbre produit des fruits lorsqu’il atteint l’âge de trente ans : C’est à partir de sa graine qui renferme une substance grasse et comestible que le beurre de karité est fabriqué selon une méthode ancestrale. Les africains utilisent traditionnellement le beurre de karité comme soin réparateur ou cicatrisant, mais également pour protéger, soigner et nourrir la peau, les cheveux et les lèvres desséchés par le soleil.

Comment se fait la production du beurre de karité ?

Lorsqu’ils sont mûrs, les fruits du karité tombent naturellement… La pulpe est alors réservée à la consommation alimentaire et les femmes collectent les noyaux pour en retirer les amandes. Elles les lavent, les trient, les sèchent au soleil et les cuisent à feu vif. Elles en font ensuite une pâte, semblable à du chocolat, mais sans son odeur sucrée caractéristique. Cette pâte est alors barattée pour séparer le beurre des autres composants puis le beurre est bouilli et filtré.

Zoom sur la filière Bio Equitable du Burkina Faso, à l’origine du beurre de karité Fleurance Nature

Le Burkina, voisin du Niger, du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Bénin et du Togo est un pays très rural.

L’agriculture procure l’essentiel des ressources d’exploitation : le karité constitue la troisième ressource du Burkina Faso après le coton et le bétail. Avec une production nationale estimée à plus de 80.000 tonnes par an, cette matière grasse constitue, pour les femmes burkinabés des zones rurales, une source de revenus substantiels leur permettant d’améliorer leurs conditions de vie.

® François Goudier – Terre d’Oc
karitéLe karité considéré comme « l’or des femmes » occupe une grande place dans ce pays d’Afrique de l’Ouest : environ 400.000 femmes burkinabé, à travers des groupements féminins, associations ou petites entreprises familiales travaillent le karité.

Le commerce du beurre de karité est un commerce très ancien. Malheureusement 95 % des amandes de karité ne sont pas transformées en beurre, elles sont importées par des multinationales de l’agro alimentaire qui veulent produire à des coûts moindres, se contentent d’acheter la matière première – les noix de karité – à prix dérisoire pour faire la transformation industrielle. Ainsi procédé, le karité perd une grande partie de ses propriétés bienfaitrices.

Le Beurre de karité Bio Equitable provenant du Burkina Faso est produit par 3 groupements de femmes africaines (Pô, Tanghin Dassouri, Réo). L’objectif du groupement est de mettre en commun moyens et force de travail afin de développer une activité communautaire permettant de générer des revenus redistribués équitablement à l’ensemble des membres du groupe. Fabrication de beurre, savons, crèmes : ces activités ont l’avantage d’être accessibles à des femmes, même parmi les plus pauvres. Les groupements sont des lieux d’apprentissages et de solidarités pour les femmes. Cela leur permet de payer les médicaments, la cantine, les cours d’alphabétisation, les frais des funérailles. La filière Bio Equitable permet d’apporter un soutien matériel à ces ouvrières ainsi qu’une formation et des revenus plus décents.

Découvrez le Beurre de karité Fleurance Nature

La filière Karité bio – équitable, « L’or des femmes »
2 votes