Ce weekend, n’oubliez pas de mettre vos pendules à l’heure… Et oui comme chaque année, le dernier weekend d’octobre est le weekend si polémique du passage à l’heure d’hiver. Viennent alors les éternelles questions : « On dort 1h de plus ou 1h de moins ? », « Mais finalement à quoi ça sert de changer d’heure ? »… Fleurance Nature fait le point pour vous sur le changement d’horaire, ses bénéfices, ses inconvénients… Vous pourrez ainsi en parler en toute connaissance à table dès dimanche midi !

D’abord un peu d’histoire… et de géographie

D’abord évoqué en 1784 par Benjamin Franklin, puis repris en 1907 par le britannique William Willet dans le cadre d’une campagne contre le gaspillage, le changement d’horaire est instauré par l’Allemagne et l’Angleterre en 1916 puis par la majorité des pays européens dont la France en 1917. Abandonnée en France en 1945, l’idée ne fut reprise qu’en 1976 sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, suite au choc pétrolier de 1973, dans un souci d’économie d’énergie. L’idée était de diminuer les consommations d’électricité en soirée surtout pendant l’été. Les changements s’effectuent le dernier dimanche de mars à 2h du matin et le dernier dimanche de septembre à 3h (désormais passé au dernier dimanche d’octobre). Depuis les années 1990, tous les pays de l’Union Européenne suivent le changement d’horaire. Des dizaines d’autres pays dans le monde appliquent cette mesure, de façon plus ou moins différente. Une mesure visant à économiser l’énergie en profitant au maximum de la lumière du soleil le soir où les besoins en éclairage sont les plus importants (contrairement au matin où les besoins sont plus faibles).

Les bénéfices avancés par les « POUR »

Les défenseurs du changement d’horaire avancent plusieurs arguments économiques et écologiques. En effet, le fait d’avancer de 2h nos montres en été, nous permettrait de profiter beaucoup plus tard le soir de la lumière du soleil et donc d’économiser l’énergie nécessaire à l’éclairage des foyers français. Grâce à cette mesure, on consommerait 1,3 Milliard de KWh de moins sur l’année, soit l’équivalent de 0,28 % de la consommation intérieure d’électricité, 4 % de la consommation d’électricité totale et 250 000 à 300 000 tonnes d’équivalent pétrole (TEP).

Les inconvénients dénoncés par les « CONTRE »

En revanche, les détracteurs ont également des arguments contre le passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver voire tout simplement contre l’heure dite « normale » puisque même l’heure appelée « normale » en hiver est déjà elle-même décalée d’une heure par rapport à l’heure UTC (Temps Universel Coordonné) du méridien de Paris. Les principaux arguments avancés sont d’ordre de santé publique mais aussi économiques comme : les troubles du sommeil des jeunes enfants après les changements d’heure, le décalage des travaux d’élevage du bétail (la traite), l’évolution des loisirs modernes gourmands en électricité se pratiquant plutôt le soir, qu’il fasse jour ou nuit (Home Cinéma, ordinateur, consoles de jeux vidéos)… De plus, il semblerait, selon certains, que l’économie réalisée serait de plus en plus faible du fait de l’utilisation de plus en plus importante depuis les années 2000 de lampes à économie d’énergie. En comparaison, les augmentations de consommation liées au chauffage qui ont lieu le matin à la fin du printemps et au début de l’automne annuleraient quasiment ce gain.
En bref, un rapport d’information remis au Sénat français en 1997 concluait : « Il ressort de l’ensemble de cette étude que les avantages annoncés ou attendus du changement semestriel de l’heure ne sont pas suffisamment importants pour compenser les inconvénients ressentis par les populations ».

Qu’en pensent les Français ?

Aussi, au sein de la population française, il semblerait que l’opinion est divisée. Seul un tiers des français se déclarerait tout à fait favorable au changement d’horaire. Ce n’est pas forcément le choix de l’heure qui dérange les français mais plutôt les changements répétitifs (2 fois par an). Ainsi, selon une étude de l’ADEME et de la Sofres la majorité de nos concitoyens (environ 60%) se déclare en faveur de la fixation de l’heure légale à UTC + 2 (heure d’été), plutôt qu’à UTC+1 (heure d’hiver), en cas de suppression du régime du changement d’heure.

En conclusion…

Chez Fleurance Nature, nous n’avons pas d’avis particulier sur le sujet. Nous savons juste qu’effectivement il est toujours mieux pour notre bien-être et notre santé de vivre au rythme naturel du soleil… Alors ce weekend, nous aussi nous reculerons nos montres, horloges et autres « coucous » ! Et voici un petit moyen mnémotechnique afin de savoir enfin si on avance d’une heure ou si on recule d’une heure en mars et vice-versa en octobre… Dans le mot Octobre il y a « re » comme « reculer », donc à 3h du matin il sera 2h et vous aurez donc 1h de sommeil supplémentaire cette nuit la !

Sources :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Heure_d%27%C3%A9t%C3%A9

http://www.senat.fr/rap/r96-13/r96-130.html#toc4

http://www.ademe.fr/presse/Communiques/cp2004/cp-2004-03-19heureete.htm


Noter cet article