En opposition au phénomène de Fast Food, la Slow Food invite tout à chacun à redécouvrir le goût des aliments mais surtout le goût du temps !
Un phénomène qui prône le retour aux sources et aux valeurs gastronomiques et sociales que défendaient nos aïeuls. Et si on prenait le temps d’en parler ?



Née dans les années 80 en Italie, berceau de la grande cuisine européenne, la Slow Food, également appelée « Ecogastronomie » a vu le jour en opposition à une célèbre enseigne de restauration rapide. Plus qu’un simple mouvement, Slow Food est désormais une association internationale à but non lucratif, reconnue par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Son message : Prendre le temps ! Le temps de bien manger, de partager, de cuisiner, bref de retrouver complicité et convivialité lors de nos pauses gustatives.
Des valeurs qui disparaissent peu à peu de nos habitudes alimentaires, la faute en partie, au manque de temps que nous impose le monde moderne. L’une des conséquences de cette « hyperactivité » : le développement des enseignes de restauration rapide, largement controversées tant pour la qualité nutritive de leur menu que pour l’esprit de consommation qu’elles véhiculent.

Non à l’uniformisation du goût et des aliments ! Oui à la diversité alimentaire !

Redécouvrir des fruits et légumes oubliés, retrouver le goût « cuisiné » et le plaisir de partager, protéger des variétés de plantes alimentaires ou d’animaux d’élevage menacés de disparition par l’uniformisation de la production agricole industrielle, expliquer l’origine des aliments et les conditions socio-historiques de leur production … un large champ d’actions que Slow Food a investi avec conviction et mène de front grâce à la mise en place d’actions spécifiques comme le « Salone del Gusto et Terra Madre » organisé chaque année à Turin, en Italie.

La Slow Food, plus qu’un mouvement, un véritable état d’esprit.

Avec les années, plus qu’une association, la Slow Food est véritablement devenue un état d’esprit dont le nombre d’adeptes ne cesse de grossir. Un mode de vie à adopter au quotidien et dans lequel les agriculteurs locaux et leur production, le rejet massif du gaspillage et de l’uniformisation du goût, la cuisine saine et équilibrée sont au cœur de notre rythme alimentaire.
Une prise de conscience culinaire donc, mais également sociale et économique. Car à travers ces actions du quotidien, et ce rejet de l’industrie agroalimentaire de masse, c’est tout un système de commerce équitable et environnemental à taille humaine qui reprend sa place.

Et que les gourmands se rassurent, le hamburger par exemple, est toujours de mise. Il suffit de le cuisiner soi-même avec de bons produits frais. Son avantage : vous créez vous-même votre recette !

Alors hop ! Tous aux fourneaux et bon appétit !

Noter cet article