L’hiver est encore là, mais le printemps va bientôt poindre le bout de son nez. C’est le moment idéal pour démarrer un compost et transformer vos déchets organiques en or vert pour le jardin ! En effet, la fin de l’hiver est synonyme de retour au jardin, moment propice pour préparer le potager, tondre la pelouse, tailler les haies… Autant d’occasions de récupérer des matières végétales pour alimenter votre compost. Alors, 3,2,1… compostez !

À quoi ça sert ?

Le compostage est un procédé de transformation/fermentation des matières organiques en présence d’eau et d’oxygène qui, après maturation, forme une matière riche en humus. Très utile au jardin, le compost améliore la fertilité du sol et l’enrichit pour favoriser la croissance de vos arbres, plantes et légumes. Pour vous, ce sont de belles récoltes en perspective et des économies à la clé puisqu’un compost vous permet de limiter l’achat d’engrais et de réduire le volume de vos ordures ménagères enlevées par la collectivité !

Concrètement, comment faire ?

Réaliser un compost est à la portée de tous… encore faut-il disposer d’un endroit dans le jardin, de préférence à l’écart des regards si vous optez pour le compostage en tas, ou dans un bac à compost (en bois ou en plastique) qui a le mérite de réduire l’encombrement. Si vous êtes bricoleur, vous pouvez le fabriquer vous-même en prenant soin de laisser un espace entre chaque planche car le passage de l’air favorise une meilleure fermentation.

Quelles matières composter ?

Issues du jardin (mauvaises herbes, tontes de gazon, feuilles mortes, petits bois…), ou en direct de la cuisine (épluchures de légumes et fruits, coquilles d’œuf, marc de café, sachets de thé, essuie-tout, journaux…), presque toutes les matières organiques sont admises ! En revanche, les restes de viandes, poissons, plantes montées en graines ou fanées, métaux, plastique, verre, magazines, et les couches sont à bannir du compost !

Le secret d’un compost réussi

Pour réaliser un compost de qualité, tout est question d’équilibre ! Pour cela, alternez 1/3 de matières organiques humides, riches en azote et 2/3 de matières sèches, riches en carbone. Vous obtiendrez ainsi un compost riche et nutritif qui favorisera la croissance de vos plantes et légumes et améliorera la structure du sol.

Attention cependant à limiter les grosses quantités d’une même matière, notamment le gazon qui a tendance à pourrir. Intégrez-le au compost petit à petit, sur plusieurs jours, en ne dépassant pas 10 cm d’épaisseur. Et utilisez le trop plein en paillage autour des arbres pour protéger le sol et limiter la pousse des mauvaises herbes en sus ! Vérifiez que votre compost reste suffisamment humide, sinon procédez à un arrosage régulier sans le détremper.

Enfin, aérez-le 1 à 2 fois/ semaine en retournant la matière pour homogénéiser le mélange et « réactiver la fermentation ».
Sachez qu’il faut compter entre 3 et 5 mois pour obtenir un compost mûr et prêt à l’emploi. Comment voir s’il est mûr ? Par sa couleur sombre, sa bonne odeur de forêt et sa texture friable.

Maintenant, êtes-vous prêt à adopter le réflexe compostage ?

En mars : c’est le moment idéal pour composter !
1 vote