Les 13ème « Journées Mondiales sans téléphone portable et smartphone » auront lieu les 6, 7 et 8 février 2013. Instiguées depuis 2001, ces journées donnent chaque année au grand public l’occasion de réfléchir à l’évolution de nos comportements et notre nouvelle dépendance aux outils de communication. Cette année, le thème mis en avant est la lutte contre « l’adikphonia ». Dépendance au téléphone portable : Fleurance Nature ouvre le débat !


Plus de 80% de la population française(1) est équipée de téléphone mobile. Cet accessoire a envahi nos vies, nous rendant pour la plupart virtuellement disponibles 24h/24 et 7j/7. Ce nouveau rapport au monde et aux autres peut être vécu par certains comme une intrusion dans la sphère privée, voire devenir une source de troubles.

« L’adikphonia », c’est quoi ?

« L’adikphonia » est la contraction de addiction et de téléphone (portables et smartphones réunis). Elle est décrite par Phil Marso(2), comme une « pathologie » addictive pouvant entraîner des troubles de nervosité, d’anxiété passagère, voire permanente.

Le terme « adikphonia » a été inventé pour remplacer celui de « nomophobie », apparu à la suite d’une étude anglaise de 2008 pour désigner les phobies liées à la privation de son outil de communication.
 

L’hyperconnectivité source de stress

À l’heure de la recherche d’instantanéité, nos modes de vies vont eux aussi passer à la 4G ! Pour autant la profusion des téléphones, mais aussi des ordinateurs portables ou de l’internet mobile est perçue par une majorité de français comme source d’anxiété.

Pour lever le pied, n’oubliez pas de lire nos articles à ce sujet pour apprendre à décrocher ou découvrir la Slow life.

Retrouver une bonne qualité de vie

Selon les organisateurs, ces 3 journées de sensibilisation ont pour objectif de nous faire prendre du recul face à nos habitudes de communication afin de retrouver une meilleure qualité de vie en favorisant le contact humain.

L’occasion aussi de débattre, par exemple sur l’inutilité d’équiper sa progéniture d’un téléphone portable de manière trop précoce ou de mettre en pratique quelques conseils de bon sens concernant leur utilisation du mobile : téléphoner peu et dans de bonnes conditions, ne pas téléphoner en se déplaçant, éloigner le téléphone des parties sensibles ou encore ne pas dormir avec son téléphone(3).

Cette prise de conscience pourra aussi nous permettre de réapprendre à organiser nos échanges en remplaçant SMS et mails par une communication « en vrai ». Et aussi, pourquoi pas, de retrouver le plaisir d’un déjeuner en famille tous ensemble ou de réécrire une lettre plutôt que 10 SMS…
 
Car au fond la véritable question est là : comment mieux communiquer avec les autres tout en s’éloignant du culte de l’instantanéité ?

Humour

À noter que la date du 6 février n’est pas choisie au hasard. Elle correspond à la St Gaston, clin d’œil au célèbre couplet du chanteur français Nino Ferrer : « Gaston y’a l’téléfon qui son ».

Et vous ? Êtes-vous prêt à couper la ligne en tentant l’expérience pendant 3 jours ?

Plus d’infos : www.mobilou.fr

(1) Source INSEE, 2013.
(2) Inventeur du terme « adikphonia », Phil Marso est l’auteur de plusieurs ouvrages de polars humoristiques et de vulgarisation sur des sujets de santé.
(3) Sources : vosquestionsdeparents.fr

Noter cet article